GONm - Le Râle des genêts dans l'estuaire de la Seine

Le râle des genêts est l’objet de toutes les attentions dans l’estuaire de la Seine, seul site normand à en abriter régulièrement. Si les milieux demeurent favorables, de nombreux problèmes persistent et l’espèce y est dans une situation délicate.

 

En raison de son statut (annexe 1 de la Directive 2009/147/CE ; considéré « En Danger » en France / UICN, 2011), et de sa patrimonialité, le râle des genêts est une priorité de conservation de la Réserve Naturelle Nationale (RNN) de l’estuaire de la Seine.


Depuis 1999, le Groupe Ornithologique Normand (GONm) et la Maison De l’Estuaire (MDE) y recensent les mâles chanteurs. Même si les effectifs sont plutôt faibles (maxima de 13 ou 14 chanteurs en 2000 et minima de 0 en 2011 et 1 en 2004 et 2013), la population de l’estuaire de la Seine a souvent représenté une proportion importante de la population régionale dans les années 2000.


On remarque que depuis quelques années, les premiers chanteurs ne sont entendus qu’au cours du mois de juin, alors que dans les années 1990 –2000 ils l’étaient au début du mois de mai (voire fin avril).

En parallèle aux recensements des mâles chanteurs, des suivis de chronologie de la fauche sont effectués par la MDE. Ils ont mis en évidence des différences inter-annuelles importantes (liées au moins en partie aux conditions météorologiques du mois de juillet).


Ces suivis ont permis d’approfondir nos connaissances sur cet oiseau : les milieux qu’il occupe et que l’on doit préserver ; et ses mœurs, qui sont à prendre en compte pour le protéger de façon efficace. Des mesures de protection ont été tentées, mais elles sont difficiles à mettre en place et montrent certaines limites : rapports humains, moyens financiers, conditions météorologiques, etc...


En vue de leurs améliorations, de nouvelles propositions ont été faites dans le plan de gestion de la réserve qui a été approuvé en juillet 2013 : les prairies ne peuvent être fauchées qu’après le 8 juillet (au lieu du 1er juillet auparavant) sauf sur des petits secteurs expérimentaux et si une espèce patrimoniale d’oiseau susceptible de nicher sur la parcelle est détectée. Dans ce cas, une zone refuge de 2 Ha sera alors délimitée autour du point de détection. Cette zone refuge ne sera pas fauchée avant le 15 août ; cela devient une obligation. La fauche centrifuge est également à adopter. Même si ces mesures ne sont pas suffisantes puisqu’il faudrait pouvoir préserver de la fauche un rayon d’au moins 100 mètres autour des mâles chanteurs jusqu’à la fin du mois d’août, cela demeure une avancée. L’obligation de bandes refuges serait également un grand pas en avant.

 

GONm - Groupe Ornithologique Normand

(En collaboration avec la Maison de l’Estuaire de la RNN de l’estuaire de la Seine)

 

 

comprendre
s'informer
Adhérer à RFO, Réseau Français d'Ornithologie

Suivre RFO sur Facebook

actualités du réseau...

Notre partenaire informations ornithologiques